échec scolaire systeme
Opinions

Échec scolaire : le système est-il le seul coupable ?

3 minutes approx.

Je discutais sur Twitter à propos du système éducatif camerounais que nous qualifiions  tous de défaillant jusqu’à ce que je me rende compte qu’une fois de plus nous accusions tous “le système” (il va bien falloir que je finisse par savoir ce que ça signifie EXACTEMENT !!!) et nous oubliions nos propres torts. Mon coup de gueule du jour s’adresse aux parents.

Nous le savons tous, les professeurs sont peu ou pas qualifiés et/ou manquent d’éthique professionnelle, les infrastructures des écoles publiques laissent à désirer, les diplômes sont vendus et/ou accordés au détriment des plus méritants… Toutefois, sachons l’admettre, les taux d’échec ne sont pas dus qu’au “système” : combien de parents s’intéressent réellement aux études de leurs enfants ? Combien d’entre eux prennent le temps de s’informer du programme de l’année ? Combien d’entre eux aident les enfants à faire leurs devoirs et s’assurent ainsi que ces devoirs seront rendus à la date voulue ? Combien ?

Le corps enseignant répond de ce qui se passe uniquement du lundi au vendredi, de 7 h 30mn à 15 h, 16 h ou 17 h, selon l’heure à laquelle la cloche annonce la fin des cours.

L’école et tout ce qui s’y rapporte a perdu sa valeur tant au niveau des institutions qu’au niveau des familles. La barrière autour de l’école a fini par définir le périmètre où l’apprentissage se réalise. Pourtant, le corps enseignant a un rôle précis : il inculque le savoir qui lui a été transmis et s’assure de son assimilation dans les meilleures conditions. Il répond de ce qui se passe uniquement du lundi au vendredi, de 7 h 30mn à 15 h, 16 h ou 17 h, selon l’heure à laquelle la cloche annonce la fin des cours.

À titre d’exemple, si les enfants font l’école buissonnière en toute impunité, la faute incombe aux écoles qui ne sanctionnent pas assez les absences injustifiées ou qui les font disparaître moyennant “un petit quelque chose”. Si cette école buissonnière se poursuit jusque tard dans la soirée et que les jeunes enfants, parfois en uniforme, sont dans les bars, chez des copains, ou traînent dans la ville à qui la faute ? Aux surveillants généraux qui doivent courir les rues et obliger les élèves à rentrer chez eux à coups de bâtons et en dehors de leurs heures de service ?

Les enfants doivent évoluer dans un environnement sain et surtout édifiant, et cette tâche essentielle revient aux parents.

Les parents ne s’impliquent plus dans le cursus scolaire des enfants. Ils se contentent de les “refiler” aux maitres et maitresses d’école et attendent les meilleurs résultats. Après l’école les leçons doivent être apprises, les devoirs doivent être faits, et les parents doivent y veiller. Les enfants doivent évoluer dans un environnement sain et surtout édifiant, et cette tâche essentielle revient aux parents : il n’y a pas que Trace, MTV, E Online et les séries brésiliennes, philippines et indiennes dans la vie. Il y a aussi les livres (qui peuvent être achetés à la place des jeux vidéos et des téléphones dernier cri et qui sont nettement plus utiles), les documentaires, les jeux de société, et surtout les discussions en famille dont on apprend beaucoup mais qui sont malheureusement parmi les activités les moins pratiquées de nos jours.

Le système éducatif est peut-être défaillant, mais il est très loin d’être la seule et unique cause du faible niveau de connaissances et de culture des élèves. Les parents doivent assumer leurs responsabilités et agir pour le bien-être et l’éveil de leurs enfants au lieu d’accuser les dirigeants (comme à l’accoutumée).

Photo: VOA Afrique

4.7/5 - (33 votes)

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.