Femmes de réconfort : l’exploitation de la femme se cache derrière de beaux mots

3 minutes approx.

Capture d’écran 2015-12-30 à 11.34.41J’écoutais ce matin des podcasts sur l’application de la chaîne de radio RFI et je suis tombée sur celui du 29 décembre 2015 d’Yvan Amar à propos des “femmes de réconfort”.

70 ans après la deuxième guerre mondiale, un accord a été conclu pour régler le problème entre la Corée du Sud et le Japon à propos des femmes de réconfort.

Il a fallu 70 ans aux Japonais pour reconnaitre qu’ils ont enrôlé de force plus de 200 000 femmes dans des établissements de commerce sexuel et qu’ils les ont obligées à se prostituer. Les regrets exprimés après le décès de nombre d’entre elles et la compensation financière promise (1 milliard de yens, soit 7,5 millions d’euros) n’effaceront ni l’insulte, ni le traumatisme vécu par ces femmes et leur famille.

Les femmes semblent n’exister que par rapport à la perception et à la présence des hommes.Befoune

Mon attention a été particulièrement attirée par la désignation de ces personnes violées (enrôlées de force, donc violées !) au quotidien. Femmes de réconfort. Elles étaient utilisées pour “réconforter” les soldats certainement en mal de tendresse. La chosification de la femme est un sujet battu et rebattu, nous ne nous attarderons donc pas dessus. Ce qui nous intéresse ici c’est l’embellissement du concept.

Dans son podcast, Amar soulève le fait que lorsqu’il est question de prostitution, qu’elle soit forcée ou non, les femmes sont désignées à travers le monde du point de vue masculin. Elles semblent n’exister que par rapport à la perception et à la présence de l’homme. C’est ainsi qu’en France on a des “filles de joie” dont le rôle est de faire la “joie” de l’homme. Le Japon a connu les Geisha, ou “femmes de l’art”, qui étaient réputées pour leur maitrise des instruments musicaux et de la danse (l’acte charnel n’étant quasiment jamais mentionné) et servaient de distraction pendant les soirées.

Ce podcast m’a fait réaliser que quelque soit l’époque ou le pays, lorsqu’il s’agit de sexe, la femme n’existe que par rapport à son utilité pour l’homme.Befoune

Les Américains ont des excort-girls qui sont de belles jeunes femmes qui “accompagnent” les hommes. Au Cameroun, l’ethnie Ewondo les appelle ma bô ya, qui signifie littéralement “Je vais faire comment ?”, ou, plus clairement, “Je n’ai pas trouvé mieux ailleurs”. Lorsqu’on remonte plus loin dans l’histoire, les prostituées étaient appelées des courtisanes : les hommes tombaient sous leur charme.

Ce podcast m’a fait réaliser que quelque soit l’époque ou le pays, lorsqu’il s’agit de sexe, la femme n’existe que par rapport à son utilité pour l’homme. Bien qu’il désigne un métier, le mot “prostituée” est rarement utilisé. Il ne s’agit que de l’homme : il est réconforté, satisfait, séduit, accompagné, ou il comble un vide.

Photo: www.45enord.ca

  • Befoune

    Befoune is the Founder and Editor in Chief of Elle Citoyenne. She is passionate with Citizen Participation, especially at the social level.

  • Show Comments (1)

  • Leyopar

    Article édifiant. Va il permet de regarder la réalité en face et de réaliser que malgré tous les beaux mots et les non dits poétiques et politiquement correct la vérité est que c’étaient des femmes assujetties au bon vouloir des hommes.
    Au delà de ça la femme reste cette femme vitrine que l’on reluque et dont on dispose à sa guise…

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

You May Also Like

Africtivistes 2015 : les activistes africains se réunissent pour un sommet à Dakar au Sénégal

Sommet Africtivistes à Dakar (Ligue des activiste africains pour la démocratie): j'y suis entrée ...

crise cameroun non violence

Cameroun : une sortie de crise non-violente, oui, mais comment ?

La crise dite "anglophone" au Cameroun s'aggrave au fur et à mesure que le ...

refus du néocolonialisme est qualifié de racisme

Bénin : lorsque le refus du néocolonialisme est qualifié de racisme

Le Bénin vit en ce moment une campagne électorale des plus médiatisée, surtout en ...

experts share knowledge with the masses

Experts, stop pretending and really share knowledge with the masses!

Experts, share knowledge with the masses instead of pretending, being condescendent in air conditioned ...

investiture au GICAM

Investiture au GICAM : entre polémique et nationalisme du dimanche

Le Groupe inter patronal du Cameroun est aujourd'hui présidé par un Français. Devrait-on y ...

election présidentielle 2018 cameroun

Cameroun, rétro 2017 : regard croisé sur 4 discours à la nation

A l'aube de l'année électorale au Cameroun, 4 potentiels candidats se sont adressés à ...