refus du néocolonialisme est qualifié de racisme

    Bénin : lorsque le refus du néocolonialisme est qualifié de racisme

    Un article intitulé Chers opposants béninois, n’avez vous pas honte de reprocher sa couleur de peau à Zinsou ? a été publié hier 1 mars 2016 sur le site du journal Le Monde, journal français (j’espère de tout coeur que ce détail n’a aucune importance). D’après l’auteur de cet article, le seul argument brandi contre Zinsou par… “les opposants” est sa couleur de peau, son métissage. Je pars du postulat que l’auteur est informé de l’histoire de l’Afrique “Noire” et du développement des évènements au Bénin depuis l’annonce des différentes candidatures.

    Donc…

    Nous savons tous ce que sont le colonialisme et le néocolonialisme et les réclamations des différents peuples d’Afrique pour l’abolissement de ce dernier. Nous savons également quelle est la position de la France qui refuse de perdre “ses terres”. À présent que le décor est planté, allons-y !

    D’après l’article, Zinsou est “attaqué” à cause de ce que j’appellerai son passé français. Ses adversaires n’ont-ils pas le droit de voir en ce passé une menace pour le pays ? N’est-ce pas leur devoir de s’inquiéter de ce que fera Zinsou dont “la nomination au poste de premier ministre d’un pays dit souverain a reçu l’onction de Paris” si jamais il prend les rênes ?

    Non. Ils sont trop peu éduqués pour se permettre de songer à l’avenir de leur pays, car “Lionel Zinsou n’a manifestement pas une opposition à sa hauteur intellectuelle”.

    Il est bien dommage qu’une des rares fois où la quasi totalité d’un peuple rejette ouvertement (ce qui semble ici être) une tentative de néocolonialisme, il soit qualifié de raciste. Il est encore plus dommage que de telles déclarations s’appuient sur un fait mineur. Oui, les attaques raciales contre Zinsou sont un détail face aux reproches majeurs envers lui : son étroite collaboration avec la France, le fait qu’il pense que l’Afrique soit la propriété de la France et  l’utilisation des moyens de l’État pour sa campagne.

    “Lionel Zinsou est un Blanc et aucun Blanc ne peut diriger le Bénin”, aurait déclaré Rosine Soglo. Si tel est le cas, alors elle a parfaitement raison. Aucun Blanc ne peut et ne doit diriger le Bénin. Nous ne parlons pas ici de la couleur de peau de Zinsou pour la simple raison qu’il n’est pas Blanc, mais métis. Il représente toutefois ce que nous en Afrique appelons parfois le Blanc, c’est à dire le colon et l’idéologie qui s’y rapporte.

    L’auteur ne s’en rend peut-être pas compte, mais son texte dessert Zinsou. Déclarer qu’il est le seul intellectuel et donc la seule personne crédible de toute la campagne signifie qu’au final seul le Blanc (car d’après le texte Zinsou EST blanc) peut être un vrai intellectuel, étant donné que l’éducation et l’expérience de ses adversaires Noirs ne valent rien. Cela signifie également que seul le Blanc est assez crédible pour diriger, pour NOUS diriger. La description caricaturale faite de Boni Yayi, l’idéal selon les Africains (devrait-on lire selon les Noirs?) confirme tout ceci.

    “Il est immoral de faire subir à un peuple déjà martyrisé par la pauvreté ce niveau de débat au sujet de qui est plus noir que l’autre parmi ceux qui se présentent au suffrage universel”. Cet article est donc immoral, car il est celui qui soulève ce détail avec une véhémence sans précédent et en fait un problème. Il est celui qui cherche à envenimer la situation de calme qui règne en cette période de campagne électorale au Bénin.

    Photo : www.somisomiinfo.com

    • Befoune

      Befoune is the Founder and Editor in Chief of Elle Citoyenne. She is passionate with Citizen Participation, especially at the social level.

    • Show Comments (2)

    • fanny

      C’est juste incroyable qu’un tel texte ( le monde Afrique) puisse avoir été écrit et publié. Il est plein d’infantilisation africaine et de paternalisme indécent. Pour un peuple qui veut lutter contre le néocolonialisme refuser un candidat qui a “l’onction de la France” est un must. (On n’est jamais assez prudent) Cela me rappelle le camerounais Noah en cas de perte et le français Noah en cas de victoire. Ils ont rabaissé le vote , le choix du peuple au racisme …..

    • sodoloufo

      Merci.
      L’article est signé d’un certain Hamidou Anne. Il n’est pas béninois à ma connaissance. Pourquoi perle-t-il d’un peuple qu’il ne connait pas?

    Laisser un commentaire

    You May Also Like

    mensonge retour aux racines afrique

    Le mensonge de la nécessité d’un retour aux racines en Afrique

    De nombreux Africains réclament un retour aux racines pour une meilleure avancée de l'Afrique. ...

    dignite-humaine-lutte-antiterroriste

    Défense de la dignité humaine et protection du citoyen dans la lutte antiterroriste

    La lutte antiterroriste s'inscrit dans un cadre tant normatif qu'opérationnel défini par les Nations ...

    cameroun pays en crise

    Où va le Cameroun ?

    La crise au Cameroun et les réactions saugrenues qu’elle provoque chez les dirigeants sont ...

    difference entre activisme et opposition

    Sachons faire la différence entre l’activisme et l’opposition

    S'activer n'est pas synonyme de s'opposer et un activiste n'est pas toujours favorable aux ...

    blanchissement de la peau en afrique

    Ne jetez pas au bûcher la femme noire qui se blanchit la peau

    Le blanchiment de la peau en Afrique est un réel fléau. Les femmes mettent ...

    arts to educate youths on democracy in kenya

    Arts to educate youths on democracy in Kenya

    Yusuf Bilhali was a gang member, a criminal who found is way back to ...