Comment s’inspirer du succès irrévérencieux de P-Square ?

p-square orienter lafrique
7 minutes

Photo : Buzz Nigeria

Il y a une quinzaine d’années, alors que nous étions de grands fans de musique hip-hop et r’n’b, nous avons découvert deux groupes nigérians, pleins de talent et capables selon la plupart des gens de rivaliser avec n’importe quel autre formation musicale, tant ils étaient au niveau des standards internationaux de l’époque. P-Square et Styl-Plus avaient définitivement quelque chose de plus.

Cependant, j’avais parié (et avec moi beaucoup d’observateurs), que Styl-Plus s’imposerait plus facilement sur la scène mondiale tandis que P-Square aurait quelques difficultés. En effet, les premiers avaient un son lisse, un anglais académique et tous les attributs du Boys Band de base, tandis que P-Square chantait en Pidgin nigérian, ce qui semblait un plafond de verre qu’ils auraient à crever s’ils voulaient émerger.

Et on s’est tous lourdement trompés. Styl-Plus a sombré dans l’oubli et P-Square est peut-être le duo musical le plus riche d’Afrique et le plus connu à l’échelle internationale. Ils ont enchaîné hits sur hits. Revenir sur cette anecdote me permet d’entrer de plain-pied dans le sujet de ce billet : « Ce que l’Afrique apporte au monde ».

p-square orienter lafrique

Pourquoi Styl-Plus, qui semblait avoir tous les atouts s’est crashé, et pourquoi P-Square, qui semblait avoir un sérieux handicap est devenu un duo mythique ? La réponse à cette question, je ne l’ai vécue (même si je l’avais entraperçue auparavant) qu’il y a un an.

Durant son voyage initiatique en Afrique, une jeune étudiante a été orientée vers notre rédaction par une amie. Il était question pour nous, grâce à la bonne ambiance qui règne au sein de la rédaction, de lui faire passer un bon moment. Les discussions sont amicales, tout se passe bien,  puis nous nous mettons à parler musique. Elle nous demande ce que nous écoutons. Tout fier, je sors ma playlist qui va de James Taylor à Bruno Mars en passant par Roxette et Tupac.

Elle écoute les morceaux qui se succèdent, mais elle n’accroche pas, et elle me dit à un moment : « Oui, mais ça, si tu veux, j’écoute la même chose tout les jours. Qu’est ce que vous écoutez de différent ? » On se jette un regard étrange, puis on dévoile notre playlist de chansons africaines, béninoises.  Uniquement des chansons que nous écoutons entre nous à l’occasion. Et là, clairement, elle est en transe. Le truc la transporte littéralement.

J’ai compris à ce moment là que ce son qui nous est spécifique, ce rythme, cette façon de danser, ce truc qui nous définit est notre plus grand atout pour suivre le pas de la marche du monde. Le malheur de l’Afrique, je pense, a été d’avoir eu les yeux tout le temps fixé vers les hauteurs de l’occident. La Coca-Colonisation n’a pas aidé à cultiver la fierté de ce que nous sommes.

Par son désir d’uniformisation, d’hégémonie culturelle, cette colonisation veut faire de toute la planète des petits occidentaux. Elle a pour elle de forts appuis : l’esprit occidental, la technologie, les gadgets, les solutions (toutes les solutions en apparence), l’esprit cartésien, et même le « vrai » Dieu (celui de la bible). Elle a surtout les médias, ces machines à fabriquer et à vendre le rêve occidental. Jamais dans l’histoire nous n’avons été aussi proche de l’assihilation (contraction d’assimilation et d’annihilation).

p-square orienter lafrique
Photo : Pinterest

Qu’avions-nous à leur opposer? Les livres que les plus éclairés d’entre nous lisaient étaient écrits par des occidentaux (à ce propos, je recommande le TED Talk de Chimamanda Adichie, The Danger of a Single Story). Tout ce qui était cartésien était occidental, et tout ce qui était mystique, animiste, (enfantin) était africain. Cette perception des choses a la peau dure, et les médias l’ont tellement bien caricaturée qu’Afrique est synonyme dans l’imaginaire collectif de guerre, misère, famine et épidémie. Vous ne me croyez pas? Essayer de penser au mot Somalie, et évaluez tous les sentiments que ça réveille en vous.

Cette caricature n’est pas le fruit d’un acte de condescendance gratuite, mais plutôt celui d’une stratégie d’asservissement clairement mûrie. Dans mon esprit, il n’y a jamais qu’un affrontement Fort/Faible, Riche/Pauvre etc. A ce titre, le riche blanc est plus proche du riche noir que du pauvre ayant la même couleur de peau que lui et vice-versa. Il est facile de créer des divisions artificielles (race, orientation sexuelle etc.) et pousser des gens qui devraient être dans un même camp à s’affronter sous des prétextes stupides. Ça permet de contrôler tous ces groupes et de leur éviter de s’unir un jour contre la tyrannie des forts.

L’Afrique est marketée pour être le repoussoir du monde occidental. Les deux minutes de misères bien africaines présentées lors du journal télévisé ont essentiellement pour vocation de dire à l’occidental pauvre ou de la classe moyenne, simple rouage de la machine: « Regarde comme tu es mieux que ces petits Africains. Leurs dirigeants sont des klpetocrates, les plus désespérés d’entre eux traversent la mer et risquent leur existence pour vivre la même vie que toi. Ah ! Comme tu devrais être heureux ! Ne te plains pas. Ne pense pas à un monde alternatif, tiens, sois heureux, consomme. »  Oui, Mesdames et Messieurs les Africains, c’est à ça aussi que sert notre misère !

Des complexes sont créés chez celui qui est caricaturé. Ces complexes lui créent de nouveaux liens. Il n’existe désormais que par rapport à l’autre. Il veut lui prouver qu’il est un homme comme lui, qu’il peut faire aussi bien que lui. Et s’il réalise qu’il ne peut pas, il se charge de rancœur. Il tourne le regard vers son passé glorieux, celui des pyramides, et déserte le champ du présent où il devait normalement combattre et marcher à égalité avec ses autres frères humains.

A Sarkozy qui dit que l’Afrique n’est jamais entrée dans l’histoire, je réponds qu’on l’a toujours sciemment sortie de l’histoire. On a écrit le récit de telle sorte qu’elle n’ait qu’un rôle muet. C’est un fait mais pas une fatalité. Car l’Afrique a son mot à dire dans la marche du monde. Elle a beaucoup à apporter à l’humanité.

p-square orienter lafrique
Photo : Daily Mail

Au-delà de son art (qu’on qualifie aujourd’hui de premier pour ne plus dire primitif, et dont de grands génies du monde artistique se sont pourtant inspirés), l’Afrique doit mettre sur la table son être dans ce qu’il a d’entier, débarrassé des scories des complexes et du repli sur soi. Elle apporte au monde ce qui fait qu’elle est fondamentalement elle : son génie. Et pour y parvenir, l’Afrique ne doit pas s’embarrasser des carcans et de la vision des autres. Elle doit venir brute, comme la musique de P-Square, sans concession envers sa vérité fondamentale.

L’Afrique doit certes s’inspirer des autres, s’approprier les outils que lui offre le monde et se sculpter telle qu’elle est et telle qu’elle se rêve. C’est le défi de ce continent et c’est le devoir de ses intellectuels de vivre selon ce principe premier : leur droit à être, à penser, à dire, à chanter différemment ;  leur devoir de ne pas s’excuser et de ne pas cacher qui ils sont. Nous sommes libres d’oser la différence. Libres de clamer notre réalité plutôt que de nous fondre dans un moule.

Et vous , pensez-vous que nous pouvons nous inspirer de la culture urbaine africaine pour orienter nos pays et notre continent ? Dites-le nous dans les commentaires !

  • Aaron Akinocho

    Aaron Akinocho est Béninois, journaliste spécialiste des questions agricoles et agro-industrielles africaines.

  • Show Comments (1)

  • Anne Kedi
    Anne Kedi

    C’est un magnifique article. Oui l’Afrique peut apporter son plus au monde, se positionner différemment et changer sa donne, la donne. #storytelling

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

You May Also Like

Systematic HIV screening in Cameroon

Systematic HIV screening in Cameroon, a dangerous initiative?

The Ministry of Public Health of Cameroon issued a note requiring systematic HIV screening ...

Serigne Mansour Madzoo Fall appelle au réveil citoyen

Serigne Mansour Madzoo Fall est un artiste graveur sénégalais appellent au réveil citoyen, tout ...

message citoyen cameroun listes électorales

Le véritable message citoyen au Cameroun passe par les listes électorales !

La maturité politique du peuple est à prouver. Le message citoyen au Cameroun passera ...

cameroun pays en crise

Où va le Cameroun ?

La crise au Cameroun et les réactions saugrenues qu’elle provoque chez les dirigeants sont ...

immigration clandestine cote d ivoire

Immigration clandestine en Côte d’Ivoire : ce qui est fait et ce qu’il reste à faire

L'immigration clandestine ? La Côte d'Ivoire n'est pas épargnée ! Yehni Djidji nous informe ...

gestion des réseaux sociaux au cameroun

Drames et réseaux sociaux au Cameroun : liberté d’expression hors de contrôle

Les réseaux sociaux sont l'arène d'expression par excellence aujourd'hui, mais est-il approprié de s'y ...