investiture au GICAM

Investiture au GICAM : entre polémique et nationalisme du dimanche

Il m’est difficile, sinon impossible de concevoir toute cette polémique autour de la nationalité française du president intérimaire du Groupement inter patronal du Cameroun ou GICAM. Une polémique au passage largement alimentée par la presse à travers ses grands titres du style « UN FRANÇAIS A LA TETE DU PATRONAT CAMEROUNAIS !! », « LE GICAM PRÉSIDÉ PAR UN FRANÇAIS !! »

Ces titres n’ont pour but que de faire vendre le plus de copies en jouant sur la fibre nationale des citoyens au détriment de l’objectivité requise par les métiers de l’information. Sur les réseaux sociaux, tout le monde (ou presque) est devenu plus Camerounais que jamais, avec des publications douteuses faisant état d’une énième manipulation orchestrée par la France pour contrôler un pan stratégique du Cameroun et, par ricochet, freiner notre emergence tant souhaitée. Il me semble important de différencier le réel du fictif.

Sur les réseaux sociaux, tout le monde (ou presque) est devenu plus Camerounais que jamais.Steve Ombete

Il me semble avant toute chose important de souligner que le GICAM n’est pas une entité étatique bien que le CAM dans son nom semble dire le contraire. C’est une organisation privée qui regroupe les entreprises et associations sectorielles qui opèrent dans divers secteurs de l’économie camerounaise, notamment le transport, le tourisme, le transit, l’agro-industrie, les telecommunications, l’industrie alimentaire, le textile et cuir, l’industrie forestière, l’eau et l’énergie, le commerce et la distribution, le bâtiment et les travaux publics, le papier et matières plastiques, les boissons et tabac, la chimie, les assurances, les banques, les cabinets conseils (juridique et fiscal, comptable, communication), le ciment et la métallurgie.

En tant qu’organisation privée, elle ne vit que pour servir les intérêts de ses membres à travers la représentation et la défense des entreprises opérant dans l’espace économique camerounais indépendamment du pays d’origine de leur capital.

En tant qu’organisation moderne, elle est régie par un certain nombre de textes, et il convient de souligner que son fonctionnement interne obéit à des statuts purement privés, conçus et adoptés par ses membres. Ces statuts prévoient qu’en cas de vacance de son president, l’interim est assuré par son premier vice president. Dès qu’on sait tout ceci, le reste n’est qu’une histoire d’émotions, de fierté ou d’élan chauviniste tiré par les cheveux.

La polémique devient plus grotesque quand on remarque l’absence de plaintes des membres du GICAM.Steve Ombete

Les statuts de ce groupement d’affaires existaient bien avant le décès de son président et ne posaient aucun problème. Le simple fait que ces textes aient permis, de manière légitime, l’entrée en poste d’un premier vice president de nationalité française provoque un tollé. Je trouve déplacé le fait de crier au scandale. Si je comprends bien, un membre d’une organisation qui s’acquitte d’une cotisation ne peut être président de celle ci parce qu’il n’est pas Camerounais ?

Je doute qu’un oui reflète une once d’équité. La polémique devient plus grotesque quand on remarque l’absence de plaintes des membres du GICAM. Les porteurs de cette polémique n’en ont rien à faire de ce que stipulent les textes du GICAM sur le sujet. C’est surprenant, voire décevant quand on sait que ce sont les mêmes qui montent au créneau pour dénoncer le non respect des lois par leurs dirigeants. Sont-ils seulement informés de ce que stipulent ces lois ?

Suis-je le seul à trouver que tout ceci sonne faux et fantasque ?Steve Ombete

Certains à l’imagination plus fertile et au penchant prononcé pour le complot lient la mise en place des  Accords de partenariat économique ou APE à la prise de fonction du français comme Président du GICAM. On aurait dit Game of Thrones en plein Cameroun : le pouvoir aurait attendu la mort tragique du president du GICAM pour manoeuvrer… Soyons sérieux ! Suis-je le seul à trouver que tout ceci sonne faux et fantasque ? La politique déborde certes de machiavélisme, mais n’oublions pas que les APE n’ont pas été initiés hier !

Il est préférable de garder à l’esprit que le GICAM est une organisation d’hommes d’affaires qui investissent dans ce pays, créent des emplois sur ce sol, pour nos citoyens et payent des taxes à notre État. Susciter une quelconque haine contre l’un de ses acteurs est contre-productif pour nos intérêts économiques, surtout lorsque c’est sur la base d’un nationalisme du dimanche.

Photo : Cameroon Info Net

  • Steve Ombete

    Steve Martial est Camerounais, étudiant en droit. Il est passionné par tout ce qui a trait à la politique de son pays.

  • Show Comments (5)

  • Anna S. Kedi

    Sur le fond, ok, sur la forme il y a comme un goût d’inachevé dans l’article, car l’expression nationalisme du Dimanche cité en objet, à au final été quelque peu galvaudée dans la démonstration, venant se poser à la fin comme un cheveu sur la soupe. Sur le fond, j’ai donné mon avis dans un article sur La Case d’Anna. Tout est donc dit.

  • Ad

    Cet article est subjectif, et je le respecterai donc pour ce qu’il est.

    Ou pas.

    Je ne comprend pas l’intérêt de critiquer subjectivement des avis déja subjectifs. Lorsqu’on critique une critique… Cela me parait… Contre-Productif.

    • Elle Citoyenne
      Elle

      Je ne pense pas qu’il s’agisse de critiquer pour critiquer. Il s’agit plutôt de remettre la balle au centre, d’informer les personnes aux critiques subjectives dont les points de vue semblent ne pas être éclairés.

  • ISSOKOLO

    Je pense que les camerounais se doivent de sortir des spéculations et de se concentrer sur les vrais problèmes. À titre de rappel, la camair-co a été dirigée par un expatrié (un néerlandais) qui avait été nommé par le chef de l’État. Ma préoccupation serait de savoir quelle est la politique du Gicam pour créer encore plus de richesses enfin d’offrir plus d’emplois aux jeunes camerounais, quelque soit celui qui occupe la présidence de ce groupement. C’est vrai que l’occident et surtout la France sont pour beaucoup dans le sous développement de notre pays, mais la corruption, le sectarisme et le clientélisme des camerounais y est encore plus et représentent un refus total de développement. Mais je pense aussi que les camerounais doivent sortir de leur état de mélancolie chronique et se focaliser sur leur devenir.

    • Elle Citoyenne
      Elle

      Je pense que tout est dit dans ce commentaire. Absolument tout.

Laisser un commentaire

You May Also Like

drame deraillement cameroun eseka

Eseka : un drame de plus ou de moins

Le déraillement qui a eu lieu à Eseka au Cameroun le 21 octobre 2016 ...

cameroun resilience citoyenne

Déraillement au Cameroun : de la résilience citoyenne

Le drame du 21 octobre au Cameroun a poussé les citoyens camerounais à faire ...

women and periods

What’s blood got to do with it : a story of women and periods

Though affecting more than half the global population, periods are one of the most ...

quel est le profil du millenial camerounais

Quel est le profil des « millenials » Camerounais ?

Le millenial camerounais se positionne comme révolutionnaire, détenteur du savoir suprême et gardien d'un ...

tech bad governance zimbabwe

When tech and optimism transcends bad governance in Zimbabwe

The tech world in Zimbabwe is groing fast despite lack of resources and bad ...

mascarade politique et juridique au Cameroun

Corruption, élites politiques et mise en scène pénale

La traduction en justice des élites politiques donne très souvent lieu à une mise ...

×
Read
How African cities are becoming smart cities1