Economie circulaire : les déchets ont eux aussi droit à une seconde chance !

economie-circulaire-recyclage-dechets
5 minutes

Si on vous dit et répète à longueur de journée « Pensons durable, limitons l’impact des déchets ! » vous aurez l’impression qu’on essaie de vous vendre un « grand slogan vert » . Au final vous ne retiendrez que les mots, pas le sens et encore moins le message. Présentée comme ça, la nécessité de préserver nos ressources pour les jours et générations à venir, ou même la capacité de les repenser pour d’autres fonctions, apparaît sans fondement.

Du coup, parlons de nous !

Nous sommes des milliards de voisins et ça ne cesse d’augmenter. Nos consommations ne cessent de croître, mais pour qu’il y ait consommation, il faudrait qu’il y ait des consommables, et donc des ressources disponibles.

On a tous en tant que personne, un mode d’emploi qui nous est propre, nos spécificités, nos valeurs, un code de conduite réadapté à chaque nécessité de résilience. Il en est de même pour les produits que nous utilisons. Tous les produits sont issus d’une matière, avec des propriétés qui lui sont inhérentes, et des usages précis. L’homme a besoin de la matière et la matière elle aussi a besoin d’être entretenue mais surtout pérennisée.

600 000 tonnes des détritus produits au Cameroun sont en matière plastique, et ceci ne constitue que 10% de la quantité totale de déchets municipaux par an. Le sort le plus fréquent généralement réservé à ces déchets est le rejet dans ce qui reste de la nature. Chacun se débrouille pour vider son sac où personne ne le « verra ». L’environnement marin et végétal en souffre, et chacun de nous – entreprise, ménage, individu – contribue à cette situation, parfois même sans qu’on ne s’en rende compte.

Pour l’année 2017, le 02 Août, est le « jour du dépassement de la Terre » selon l’ONG Global Footprint Network. C’est la date approximative à laquelle, notre consommation de ressources naturelles, excède la capacité intrinsèque de la Terre à les renouveler. Ce jour survient un peu plus tôt au fil des ans.

On pollue l’environnement en accumulant les déchets, et on gaspille des ressources qui se renouvellent moins vite que la population mondiale. Aujourd’hui, nous avons besoin d’un supplément de 0.7 fois la Terre pour combler nos besoins de façon ponctuelle et naturelle.

Inutile d’être mathématicien pour prédire ce qui risque d’arriver s’il n’y a pas de changement. Alors que faut-il faire?

Et si l’économie circulaire était la solution ?

À la base, on extrait (épuisement des extraits), on produit (pollution), on distribue, on consomme, et on jette (accumulation des déchets). Voilà le schéma linéaire que chaque matière subit, une ligne qui chaque jour contribue un peu plus, à une chaine de gaspillage sans fin.

L’économie circulaire propose de « repenser la ligne en cycle » pour une gestion améliorée des impacts.

Non, ce n’est pas (que) le recyclage. L’économie circulaire se décline sous 3 formes sur la ligne de vie donnée à un produit. On peut se positionner différemment selon qu’on soit une entreprise ou un individu qui cherche juste à faire moins de dépenses.

  • Au niveau de la conception, il faut penser un produit en intégrant la possibilité pour le consommateur de l’utiliser, le réutiliser, le démonter et/ou le réparer. En Côte d’Ivoire, Edwige Gbogou transforme les touches de claviers non-fonctionnels, en bracelets. Plutôt que de jeter ces claviers dans la nature, Edwige leur redonne une nouvelle vie en les démontant pour orner vos poignets.
  • Consommer ensemble, dépenser moins. Élever des poissons et cultiver des légumes de chez soi à partir d’un même dispositif c’est faisable, et ça se fait déjà au Cameroun. L’entreprise Save Our Agriculture, développe des structures aquaponiques sous forme de kits mobiles ou de conteneurs de plus grande capacité, qui permettent aux particuliers et aux entreprises, de produire plus et à domicile, tout en utilisant moins d’eau que l’agriculture traditionnelle.
  • Transformer les produits usés en ressources plutôt que déchets. On peut obtenir des huiles d’entretien pour cheveux et corps faites maison, à base de peaux de bananes. Pierre Kassoumloum et son équipe fabriquent des pavés de construction à partir de bouteilles plastiques, quand la Startup Madiba & Nature les utilise pour faire des pirogues. Il n’y a aucune limite tant qu’on a assez d’imagination pour réduire nos déchets.

La réutilisation, ou même le recyclage, ne datent pas d’aujourd’hui, mais ici nous parlons d’une pratique qui permet de mieux contrôler l’impact sur les communautés dès l’essentiel : la conception. Lorsqu’un bien est mal conçu, il nous dessert, et les pertes en découlent tant du côté producteur que consommateur, voire écosystème.

Et si on donnait une chance aux déchets?

S’il n’y a (presque) plus de ressources primaires, pourquoi ne pas prendre les produits en fin de cycle et en faire de nouvelles ressources ? Donner une seconde vie à un produit, est un principe qui peut s’appliquer sur toute la chaîne de performance, de la conception à la consommation. La volonté, l’action de maintenir un environnement direct sain autour de soi, et rentable pour soi, ne doit dépendre d’aucun arrêté institutionnel. Ce type d’actions s’inscrit dès la plus petite échelle et s’adresse à tout profil pour un usage personnel ou ouvert et adaptable à chaque processus.

Alors, on se laisse tenter ?

  • Gwladys Minyem

    Gwladys est une Camerounaise passionnée d innovation ouverte et de big data. Au delà du métier d Ingénieur en Construction Mécanique, elle s intéresse aux questions d'impact féminin, de portée socioéconomique de la technologie, d inclusion par et pour les communautés.

  • Show Comments (0)

Laisser un commentaire

You May Also Like

co-contribution le partage qui redefinit la croissance

Co-contribution : lorsque le partage redéfinit la croissance

Dans un environnement où le cloisonnement et la linéarité constitue une essence de base, ...

mener une action citoyenne en zone rurale

5 leçons essentielles apprises d’une action citoyenne en zone rurale

Qu'est-ce qu'une action citoyenne réussie et quelles sont les éléments qui peuvent contribuer à ...

newsletters apprendre participation citoyenne

5 newsletters pour tout savoir de la participation citoyenne

Vous ne souhaitez pas écumer internet à la recherche d'informations, et vous rêvez qu'elles ...

lecons-citoyennete-village

5 leçons de citoyenneté apprises d’un villageois

Les leçons de citoyenneté ne s'apprennent pas que dans les livres, et un jeune ...

What is social entrepreneurship and how to foster it

What is social entrepreneurship and how to foster it?

The definition of social entrepreneurship sometimes differs from one entity to another. Elle Citoyenne ...