deraillement cameroun eseka

Eseka, un train à deux vitesses

7 minutes

Cet article est un article du dossier Réflexions autour du déraillement du 21 octobre 2016 à Eseka au Cameroun

Essayer de comprendre le déraillement qui a eu lieu le 21 octobre à Eseka au Cameroun ou de penser le futur après Eseka, du point de vue du citoyen, c’est accepter que nous vivons dans un pays où tout va à des vitesses différentes.

Il y a un certain Cameroun, une certaine frange de la population, qui a décidé que ce pays lui appartenait. A vue de nez, je dirai que cette frange représente à peine 1% de la population, voire beaucoup moins. On les appelle « les dirigeants ». Ils volent, que dire, pillent les caisses de l’État, vivent grand train, et se soucient très peu du devenir du citoyen de base. Ils ont pris d’assaut l’ensemble des corps d’État, perpétuent leur lignée au travers des concours d’entrée aux institutions publiques (administration, magistrature, médecine, polytechnique, police, et j’en passe), et pour être admis, il faut presque toujours être proche d’un proche de l’un d’eux ou d’eux tout simplement.

Ces dirigeants nous font grâce de leur présence sur les plateaux télés de la chaîne nationale CRTV. Ils essaient parfois de faire leur travail et ne s’agitent que lorsque les conséquences de leurs actes pourraient dépasser leur champ de contrôle. Ils sont ainsi notamment devenus très « dépendants » ou plutôt « apeurés » par un outil nouveau appelé « les réseaux sociaux ». Cet outil est devenu la meilleure alarme pour qu’il nous fasse la grâce en temps de crise, de leur présence, communiqués, ou points de presse.

Le Cameroun a besoin que les Camerounais se réveillent. Le Cameroun a besoin que le citoyen Camerounais admette définitivement que l’Etat a failli.Anna Kedi

Eseka aura ainsi attiré pas moins de trois de ces dirigeants sur place, dans les heures qui ont suivi le drame. Leur présence cependant n’a pas été d’un grand secours pour les populations sinistrées, et ce n’est guère étonnant. C’est un fait qui leur est coutumier, être présents, parler, mais ne rien faire de concret. De toute façon, le pays leur appartient alors pourquoi devraient-ils s’en faire outre mesure ?

Il y a une autre frange de la population, qui se caractérise par son hyper activité en paroles (je dois en faire partie à l’instant même au travers de ces écrits). Ce groupe oscille entre richesse et vie moyenne. Il est très présent sur les réseaux sociaux, a souvent le rôle de « déclencheur de crise » au travers de publications, de photos ou vidéos partagées. Ceux-là

Ils se plaignent beaucoup, mais ne souffrent pas tant que ça. Ce groupe dénonce la corruption mais n’hésite pas à l’utiliser pour arriver à ses fins. Que ce soit bakchich, relations, passe-droit, il estime qu’en attendant le changement, il faut bien vivre. Dans cette frange, il y a cependant de vrais futurs héros, qui vont au-delà des publications et posent de vrais actes dans la vie quotidienne qui visent au changement.

Mais tout ceci reste encore minoritaire. La grande majorité des « éclairés » crient au besoin de changement, réclament des commissions indépendantes pour Eseka, est allée sur le terrain et a fait des dons dans les hôpitaux. Elle a publié ou pas sur Facebook, est deveneu Eseka, avec un drapeau, des bougies, ou le même mélange sur les réseaux sociaux, mais une fois la douleur et le drame passés, ces « éclairés » reprendront leur train-train quotidien.

Le Cameroun est un train à deux vitesses au minimum, et la tragédie d’Eseka doit nous l’avoir rappelé. Si elle ne l’a pas encore fait, alors elle ne nous a véritablement rien appris. Anna Kedi

Il y a une troisième frange de la population, qui en constitue 90%. Elle est celle qui a été la plus touchée par Eseka. Elle est celle qui essaie de voir venir, mais qui a beaucoup de mal à vivre au jour le jour. Elle répond à la misère par un cynisme à toute épreuve, capable de rire même de la mort. Cette frange est celle qui a le plus de haine contre les dirigeants mais qui part aussi du principe selon lequel c’est un système auquel on ne peut rien changer et contre lequel il ne sert à rien de se battre, car qui sommes-nous pour espérer le changement ? Ce groupe est donc celui qui ne veut pas se battre et qui n’en voit pas l’intérêt.

Il est celui qui estime qu’il faut arrêter les leçons de morale inutiles car la vie est dure et « on va faire comment ?». Il est celui qui s’en fout que le président actuel ou un autre soit à la tête du pays, car tous veulent le pouvoir et personne ne serait selon cette portion de la population, prêt à s’investir pour le pays. Elle a dit « Y en a marre » et «  Attendons 2035 ». Dans ce groupe on attend la mort et cette dernière ne surprend même plus, alors pourquoi se battre contre elle quelle que soit la manière dont elle survient ?

La troisième frange a au moins le mérite d’être honnête avec elle-même. La deuxième, celle des éclairés, est celle qui a le plus de responsabilités mais a décidé de ne pas s’en soucier et qui se rapproche de la vision de la troisième alors qu’elle a le choix. La première frange est la raison pour laquelle les deux autres doivent absolument se réveiller. Oui, elles doivent se réveiller, car le concept de pouvoir pour le peuple, a foutu le camp. Il ne nous reste que nous, si nous voulons un jour espérer un changement.

Il est temps de s’unir, il est temps de se reprendre inexorablement en main. Anna Kedi

Le problème est que les membres de la deuxième frange, les « éclairés », pense parfois avoir le monopole du savoir. Ils pensent être plus malins que les autres et pensent pouvoir toujours s’en sortir malgré les situations difficiles, donc pourquoi s’investir pour les autres. Avec Eseka, on les a vus s’activer, vouloir se donner bonne conscience, réaliser peut-être le fossé existant entre les différentes couches. Mais….est-ce sûr ?

Le Cameroun a besoin que les Camerounais se réveillent. Le Cameroun a besoin que le citoyen camerounais admette définitivement que l’Etat a failli. Le Cameroun a besoin que le citoyen camerounais devienne non seulement un éclairé, mais assume les conséquences de cette position et soit prêt à se sacrifier pour que la masse opprimée, découragée et persuadée que « la vie est une bastonnade où tous les coups sont permis » puisse commencer à avoir un peu foi, et puisse, elle aussi, prendre le courage d’agir différemment.

Le Cameroun est un train à deux vitesses au minimum, et la tragédie d’Eseka doit nous l’avoir rappelé. Si elle ne l’a pas encore fait, alors elle ne nous a véritablement rien appris.

Il est temps de s’unir, il est temps de se reprendre inexorablement en main.

Cet article est un article du dossier Réflexions autour du déraillement du 21 octobre 2016 à Eseka au Cameroun

Photo : Uram International

  • Show Comments (4)

Laisser un commentaire

You May Also Like

echec scolaire systeme

Échec scolaire : le système est-il le seul coupable ?

Le système éducatif camerounais est peut-être défaillant, mais les parents son eux aussi responsables ...

message citoyen cameroun listes électorales

Le véritable message citoyen au Cameroun passe par les listes électorales !

La maturité politique du peuple est à prouver. Le message citoyen au Cameroun passera ...

Systematic HIV screening in Cameroon

Systematic HIV screening in Cameroon, a dangerous initiative?

The Ministry of Public Health of Cameroon issued a note requiring systematic HIV screening ...

misconceptions about feminism

“I don’t need feminism” : misconceptions are a threat to the movement

Misconceptions about feminism are slowli killing the movement and is a threat to women's ...

refus du néocolonialisme est qualifié de racisme

Bénin : lorsque le refus du néocolonialisme est qualifié de racisme

Le Bénin vit en ce moment une campagne électorale des plus médiatisée, surtout en ...

Femmes de réconfort : l’exploitation de la femme se cache derrière de beaux mots

Les femmes de réconfort sont celles enrôlées de force dans des établissements de joie ...