Chômage des jeunes : et s’ils étaient eux aussi à blâmer ?

    chomage des jeunes au senegal

    La jeunesse est au cœur de tous les débats, en particulier celui sur l’emploi. La majeure partie des pays africains envisagent ou ont adopté des réformes qui favoriseraient la baisse du taux de chômage et du sous-emploi.

    Les pouvoirs publics sont montrés du doigt et les gouvernements croulent sous les accusations. Il y a un sentiment d’abandon pour cette jeunesse livrée à elle-même sur le marché de l’emploi. Comment est-il possible que malgré toutes les entreprises nationales et internationales qui s’implantent dans la région, les taux de chômage restent élevés ? Je me suis posé cette question jusqu’à ce que j’aie l’opportunité de participer au processus de recrutement de stagiaires pour une organisation basée à Dakar au Sénégal. Cette expérience m’a ouvert les yeux sur les difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes qui présentent leur candidature et les recruteurs qui les reçoivent. Le niveau de chômage peut être imputé à l’État, mais la qualité d’un dossier de candidature ne relève pas, a priori, de sa compétence.

    L’organisation recherchait trois stagiaires. Les potentiels candidats disposaient d’une semaine pour soumettre leur dossier. Les trois profils étaient les suivants : un(e) stagiaire pour l’assistance à la gestion administrative, un(e) stagiaire pour l’assistance à l’infographie, un(e) stagiaire pour l’assistance à la recherche. Un code a été attribué à chacun des profils. Les candidats devaient le mentionner dans l’objet du mail portant leur curriculum vitae et leur lettre de motivation.

    Le niveau de chômage peut être imputé à l’État, mais la qualité d’un dossier de candidature ne relève pas, a priori, de sa compétence.

    Près de 519 mails ont été reçus. L’objet de près de 117 de ces mails ne portait ni le code, ni l’intitulé du poste sélectionné. Parmi ces objets, je peux citer : CV, Mon CV, Offre de service, Offre de compétence, Ma candidature, Candidature, Demande de stage, Candidature spontanée, Candidature au poste de stagiaire.

    Certains candidats ne semblaient pas avoir lu l’annonce, car j’ai également pu lire : Candidature pour le poste d’archiviste, Chef d’équipe adjoint, Chercheur, Employé back office. Certains mails ne portaient aucun objet. L’objet de plus de la moitié des 390 mails environ restant ne portait pas les codes, mais plutôt l’intitulé des postes.

    Le contenu des mails était très souvent surprenant : “Salut !! Mon CV en PJ”, “Monsieur le RH, je postule ma candidature au poste de stagiaire”, “Bonne réception !!!”, “CV en PJ” , “Cordialement”.  Certains mails ne contenaient que des pièces jointes, c’est-à-dire le curriculum vitae et la lettre de motivation, ou uniquement l’un des deux. Des candidatures pour des postes dans des entreprises ou dans d’autres organisations ont été transférées sans aucune modification. Il était possible de voir les adresses e-mail des destinataires.

    Sur plus de 500 candidatures, moins du cinquième respectaient les consignes spécifiées dans l’annonce et les règles en matière de présentation.

    La majorité des lettres de motivation n’étaient pas conformes aux différents modèles pour ce type de document : les critères de présentation n’étaient pas respectés et les textes portaient de nombreuses fautes d’orthographe et des coquilles. Les services proposés (marketing, rehausse de l’image de l’entreprise, valorisation des produits) n’avaient rien à voir avec l’annonce de l’organisation dont les activités tournent majoritairement autour de l’action et de la participation citoyenne.

    Sur plus de 500 candidatures, moins du cinquième respectaient les consignes spécifiées dans l’annonce et les règles en matière de présentation. Tous les postulants étaient pourtant des personnes diplômées, avec parfois une expérience professionnelle qui s’étend sur plusieurs années.

    Les établissements publics, tout comme les établissements privés, ne proposent aucune initiation à la présentation de dossier de candidature, aucun accompagnement aux nouveaux diplômés en termes de préparation à l’entrée dans le monde du travail. La mission des conseillers d’orientation ne doit pas se limiter à la série que devrait choisir l’élève au secondaire ou à la filière qui lui conviendrait son diplôme d’études obtenu. Leur formation doit aller au-delà de l’accompagnement des élèves et inclure celui des étudiants.

    Dans le cadre d’un dossier de candidature, il est possible de faire sur internet des recherches sur la présentation et le contenu d’un curriculum vitae et d’une lettre de motivation, ainsi que du contenu du mail qui accompagnera le dossier.

    D’un autre côté, les enseignants ne sont pas toujours à blâmer. L’école est certes un cadre de formation, mais on ne peut tout y apprendre. Pour un dossier de candidature sérieux, il est préférable pour le candidat de lire attentivement l’annonce, de ne pas se tromper d’intitulé de poste et de proposer des services dont l’entreprise ou l’organisation a besoin. Les jeunes doivent également être sensibilisés à une meilleure utilisation d’internet. Nous nous limitons trop souvent à son aspect ludique, pourtant c’est l’un des premiers moyens d’apprentissage dans les pays plus développés. La grande majorité de ces candidats aux dossiers rejetés ont des comptes Facebook, Whatsapp, Instagram, Viber, Twitter, Imo, Tango, Skype, Snapchat auxquels ils ont accès grâce à leurs téléphones, c’est-à-dire en permanence.

    Ils serait avantageux pour eux d’utiliser cette connexion à des fins parfois plus utiles. Dans le cadre d’un dossier de candidature, il est possible de faire des recherches sur la présentation et le contenu d’un curriculum vitae et d’une lettre de motivation, ainsi que du contenu du mail qui accompagnera le dossier. Il est également possible de trouver sur internet des astuces pour une candidature qui sortirait de l’ordinaire et aviverait l’intérêt des recruteurs. Le jeunes devraient pouvoir chercher et trouver par eux-mêmes des moyens de valoriser leurs compétences.

    Photo: Nkul Beti Camer


    Ressources pour un dossier de candidature

    • Befoune

      Befoune is the Founder and Editor in Chief of Elle Citoyenne. She is passionate with Citizen Participation, especially at the social level.

    • Show Comments (5)

    • phabrysse

      Superbe article. Vu l’angle sous lequel tu l’as traité on ne peut effectivemment pas reprocher grnd chose à l’Etat ou aux enseignants, ou maybe de ne pqs assez faire.comprendre dès le.jeune ge que maintenant la bastonnade commence beaucoup plus tôt.
      Sinon, effectivemment on n’apprend pas tout à l’école. Et internet est tellement utile! Même sur twitter je demande souvent certaines infos. Alors imaginez avec google et autres…
      Nos plus jeunes freres devraient lire cet article. Chapeau!

    • Anna S. Kedi

      Comment expliquer que je suis juste FAN de cet article. Enfin un article qui dit les choses comme elles sont réellement. C’est d’autant plus vrai dans des pays comme le Cameroun où l’environnement politique et la corruption donnent trop de justifications fallacieuses aux jeunes (je n’ai pas de connaissance, je n’ai pas tchoko, etc…) mais la réalité est que très peu font les choses dans les normes, savent même comment le faire et tout simplement essaie même de le savoir. Au-delà de la présentation, c’est le projet de vie et le projet professionnel qui manque à nos jeunes. On va à l’école pour se former mais à quoi, on ne sait bien souvent pas. On a une formation, un diplôme parfois même de BAC+5 mais on ne semble pas savoir à quoi on peut aspirer comme boulot avec ce diplôme. En tout cas, ça me réaffirme que nos jeunes ont besoin d’aide, d’accompagnement.

      • Elle Citoyenne
        Elle

        Je pense qu’on ne peut tout apprendre à l’école. Cette excuse est bien trop facile à donner. Le véritable problème est que nous avons amené les jeunes à toujours penser qu’ils sont mal formés et absolument rien n’est de leur faute. Il ne sont “que” des “victimes du système” et ne peuvent être rien d’autre que ça, d’où la culture de la médiocrité.

    Laisser un commentaire

    You May Also Like

    experts share knowledge with the masses

    Experts, stop pretending and really share knowledge with the masses!

    Experts, share knowledge with the masses instead of pretending, being condescendent in air conditioned ...

    echec scolaire systeme

    Échec scolaire : le système est-il le seul coupable ?

    Le système éducatif camerounais est peut-être défaillant, mais les parents son eux aussi responsables ...

    Why are people so afraid of politics

    Why are people so afraid of politics ?

    Citizens tend to reject politics fearing of getting involved in a dangerous game. But ...

    état camerounais deception eseka

    L’État camerounais est mal éduqué et nous, ses parents, sommes fautifs

    L'État camerounais s'apparente à un enfant mal éduqué par la faute des citoyens que ...

    Viol conjugal mythe ou realite

    Viol conjugal : mythe ou réalité ?

    Nié par beaucoup, le viol conjugal finit par ne sembler être qu'un mythe dans ...

    volontariat developpement communautaire afrique

    Le volontariat comme solution pour le développement de nos communautés

    Le volontariat n'est pas chose courante en Afrique : et si c'était la clé ...