Lorsque la passion est plus forte que la peur d’échouer, le pari du Centre Eulis

centre eulis

J’ai peur d’échouer.

Levez la main si vous n’avez jamais eu un doute, aussi minime soit-il, sur l’aboutissement d’un projet, d’un rêve. J’ai peur d’échouer et je pense que c’est tout à fait normal quand on rêve grand. Mais ce dont j’ai encore plus peur, c’est de n’avoir rien fait pour réussir. Quitte à tomber et à me blesser en chemin, je pense avoir regardé assez de vidéos inspirantes pour savoir que chaque échec est une opportunité pour apprendre et faire mieux la prochaine fois.

Mon rêve fou est de changer le système éducatif en Côte d’Ivoire. Je ne veux pas que les futures générations aillent à l’école comme moi, pour uniquement chercher de bonnes notes. Je veux que le focus soit sur l’apprentissage plutôt que les notes. Il suffit de voir à quel point les élèves trichent pendant les examens pour conclure que quelque chose cloche dans le système établit. Il suffit de voir le nombre croissant de jeunes qui ne trouvent pas d’emploi lié à leur formation pour se dire que quelque chose est à revoir.

centre eulis

Ce quelque chose pour moi est la manière même dont on éduque notre jeunesse. La passivité qui a cours pendant le processus d’apprentissage n’encourage pas les jeunes à réfléchir, apprendre sans le professeur, et à créer de nouvelles choses. Depuis 2016, le désir de résoudre ce problème me hante et il fallait que je commence quelque part, que je joue mon rôle de citoyenne.

En Avril 2017, j’ai ouvert Le Centre Eulis, un studio réaménagé en bibliothèque avec 20 places assises. Une salle principale climatisée et une ex-cuisine ventilée attendent les lecteurs de tout âge. C’est petit mais c’est le début de grandes choses in shaa Allah. Lorsque je l’ai ouvert, je voulais que tout le monde puisse venir y lire et découvrir le monde. Au fil des semaines j’ai décidé de me focaliser sur les plus jeunes, de l’école primaire au lycée. Vous avez sans doute entendu dire que les Africains ne lisent pas assez. Moi je suis assez Africaine et passionnée de lecture pour croire que les Africains liront plus et mieux s’ils sont au contact des livres dès l’enfance.

centre eulis

Je suis une partisane de l’entrepreneuriat social, la création d’entreprises pour résoudre des problèmes dans nos communautés. Les ONGs c’est bien, mais je pense qu’une autonomisation financière est nettement mieux pour être plus efficace. Mais il faut commencer quelque part. On peut apprendre dès maintenant, avec un trolley plein de livres qu’on partage avec des élèves en classe de sixième ou/et en étant bénévole dans une association comme Tchiley pour promouvoir la lecture auprès des enfants du primaire.

On peut commencer avec les moyens de bord et essayer d’accomplir de plus grandes choses en s’inspirant des petites actions antérieures. L’époque où on attend tout de l’Etat doit être révolue. Il ne peut pas tout faire et on sait bien que parfois, il ne fait rien même quand il en a la capacité. Par ailleurs, au-delà des quelques personnes « d’en haut » que l’on voit quand on parle de l’Etat, l’Etat c’est aussi chacun de nous.

J’ai ouvert le Centre Eulis parce que je me sentais responsable de la situation actuelle dans mon pays. Mon professeur de social economics a dit une fois que nous ne sommes pas responsables des échecs actuels de nos pays mais nous le serons dans quelques années si nous ne faisons rien. Je ne vis pas encore du Centre Eulis. Après seulement quatre mois d’existence c’est tout à fait normal de ne pas être autonome financièrement, mais je sais que je vais y arriver ou apprendre en essayant. Je veux qu’il y ait des centaines de Centre Eulis en Côte d’Ivoire et pourquoi pas dans d’autres pays Africains. Je veux établir le Centre comme un modèle d’éducation active qui pourra plus tard être copié dans les écoles traditionnelles.

centre eulis

Depuis son ouverture, j’ai reçu des tonnes de compliments, d’encouragements et d’aides pour le Centre. Sans aucune demande particulière, quelques personnes ont décidé d’offrir des abonnements à des enfants ou des livres pour jeunes et adultes. Actuellement nous avons reçu plus de 300.000 francs de bonnes volontés et nous possédons plus de 800 livres à la bibliothèque. J’ai la chance pour le moment de ne pas avoir à payer de loyer ni de facture, parce que le local appartient à mon père.

La charge principale est le salaire de la bibliothécaire qui tient le Centre du lundi au samedi de 8h à 17h. Nos revenus proviennent des frais de souscription: 100 francs l’heure, 1.000 francs le mois et 10.000 francs l’année. A présent que la rentrée scolaire 2017 est effective, nous prévoyons des ateliers éducatifs avec l’aide de bénévoles. Nous aurons également besoin de mieux nous organiser pour gérer le flux des élèves que nous recevons : nous sommes situés juste en face d’une école et entourés de plusieurs autres où les enfants ont une énorme envie d’apprendre.

De nombreux challenges nous attendent donc pour les mois à venir. J’ai peur d’échouer et de décevoir tous ceux qui croient au Centre Eulis. En même temps je sais que j’ai déjà réussi parce que j’ai essayé de jouer un rôle dans l’éducation des jeunes de ma communauté.

  • Tchonté Silué

    Tchonté est originaire de Côte d'Ivoire. Elle a créé le Centre Eulis à Abidjan afin que les enfants aient un accès permanent aux livres pour une meilleure éducation. Tchonté est l'une des trois coordinatrices d'Elle Citoyenne.

  • Show Comments (0)

Laisser un commentaire

You May Also Like

grandmother-project

Grandmother Project : le développement à travers le “pouvoir” des grands-mères

La spécialiste de l'aide au développement Judi Aubel réforme le secteur en appliquant une ...

Sabin Oke

Sabin Oké, un villageois prêt à tout pour le rester

Sabin Oke est un jeune Béninois de la région de Possotomé. Il considère sa ...

S’informer sur le foncier au Cameroun : un blog répond aux questions !

L'acquisition des terres semble être un luxe, pourtant le principal problème est le mauvais ...

la jeunesse beninoise exige

La jeunesse béninoise “EXIGE” d’être entendue !

A quelques semaines de l'élection présidentielle, la jeunesse béninoise se mobilise pour un vote ...

Corneille Towendo

Corneille Towendo reveals Entrepreneurs in French speaking African countries

Entrepreneur En Action is the podcast every young African coming from a French speaking ...

vivette tsobgni psychologue afrique

Noire et psy, Vivette se bat pour l’intégration de la psychologie en Afrique

Vivette Tsobgni est psychologue et ne rêve que d'une chose: la démystification de la ...

×
Read
How African cities are becoming smart cities1